Les priorités de nos actions

Proche de ses adhérents, emeVia tient à assurer une présence éclairée et optimale, à l’écoute de leurs attentes dans tous les aspects de la vie quotidienne. Cette proximité est le gage d’une relation de confiance qui favorise la sensibilisation et la responsabilisation face aux principales problématiques de santé étudiante.
Interlocutrices privilégiées, les mutuelles de proximité mènent des campagnes variées, ciblées et efficaces en suivant deux priorités d’action :
La prévention des conduites à risques : consommation d’alcool et de tabac, drogues, infections sexuellement transmissibles.
La promotion du bien-être : équilibre alimentaire, gestion

 

Le dispositif de prévention

Au soutien de nombreuses actions menées par des associations étudiantes au sein des universités ou des cités U, le Réseau emeVia a mis en place un « pack prévention » pour les galas et soirées étudiantes.

 

La prévention par les pairs

Afin de responsabiliser les étudiants, les mutuelles de proximité s’attachent à former des étudiants relais pour qu’ils puissent eux même intervenir dans les actions de prévention.

 

Des Services de Promotion de la Santé par les étudiants et pour les étudiants

Les Services de Promotion de la Santé ont été créés pour informer et prévenir le public lycéen et étudiant, au sein des établissements scolaires et des lieux de vie étudiants comme lors d’évènements festifs, sur les comportements à risques.
En relation avec les associations étudiantes et les services de médecine préventive universitaire, ces services, animés par des étudiants relais formés et encadrés par des professionnels, conduisent près de 1200 actions de prévention annuelles, sensibilisant plus de 420 000 jeunes sur les principales problématiques de santé.

 


La semaine des relations affectives

Depuis 2011, les mutuelles étudiantes de proximité organisent « La Semaine des Relations Affectives » à l’occasion de la Saint Valentin. Les mutuelles donnent la parole aux étudiants sur le thème de « Je t’aime, protégeons nous ». Ces derniers sont invités à s’exprimer en déposant leurs messages en agences ou sur Facebook.

 

Objectif général :
Améliorer la couverture contraceptive chez les étudiants et réduire les échecs contraceptifs.

 

Objectifs opérationnels :
- Sensibiliser les étudiants à l’importance de la contraception et de la protection contre les IST au sein du couple.
- Informer aujourd'hui pour prévenir les pathologies de demain (suivi gynécologique).
- Avoir une approche positive à l’utilisation du préservatif.

 

Pourquoi aborder cette thématique ?
L'enquête emeVia sur la santé des étudiants en 2009, montre que bien que 90 % des étudiants s’estiment bien informés et savent où trouver leurs réponses en matière de contraception :

 

- 1 étudiant sur 2 consulte Internet pour trouver des réponses à ses questions (Internet est autant consulté que les professionnels de santé).

 

- Seul 35,2 % des étudiants garçons osent parler de contraception avec les professionnels de santé.

 

Les échecs contraceptifs sont également nombreux puisque 30,5 % des étudiants ont déjà eu recours à une contraception d’urgence et 3,3 % ont déclaré avoir déjà eu recours à une interruption volontaire de grossesse. Selon la DREES, les femmes de 20 à 24 ans constituent la population qui a le plus recours à l’IVG (2,7 % en moyenne en 2007).

 

De nombreuses enquêtes montrent que le préservatif reste un « code d’entrée dans la sexualité » mais avec la confiance, il y a petit à petit un abandon du préservatif. On peut alors penser que c’est cette transition au profit d’une autre méthode de contraception qui n’est pas ou mal accompagnée.
 


La semaine de l'équilibre alimentaire

La Semaine de l’Equilibre Alimentaire est menée en partenariat avec les restaurants universitaires des CROUS.
 
Objectif général :
-    Promouvoir l’adoption d’une alimentation équilibrée associée à la pratique d’une activité physique régulière.
 
Objectifs opérationnels :
- Sensibiliser les étudiants aux principes de l’équilibre alimentaire.
- Promouvoir la pratique de l’activité physique.
 
Pourquoi aborder cette thématique ?
18-25 ans est un âge charnière, où les choix alimentaires ne sont pas anodins. La santé se construit jour après jour, tout au long de la vie, avec les bénéfices d'une bonne alimentation à court terme : meilleure concentration intellectuelle, tonus, performance physique, meilleur confort digestif, mais également, nous savons qu'à long terme elle permet d'éviter l'apparition des maladies cardio-vasculaires, de cancers, de l'obésité, du diabète.
 
Les principaux enseignements sur les habitudes alimentaires révélés par l'enquête emeVia sur la santé des étudiants en 2009, nous apprennent que bien que 60 % des étudiants jugent leur alimentation équilibrée :
- 95 % des étudiants déclarent qu'il leur arrive de grignoter entre les repas.
- 24 % des étudiants ne mangent pas de fruits tous les jours.
- 35 % des étudiants ne mangent pas de légumes tous les jours
- 14 % des étudiants ne mangent ni fruits ni légumes tous les jours.

La semaine du bien-être étudiant

Depuis 2006, les mutuelles étudiantes de proximité s’associent aux CROUS (convention) et aux services de médecine préventive universitaire pour organiser « La Semaine du Bien-Etre Etudiant » chaque année au mois de novembre.
 
Objectif général :
- Aider les étudiants à gérer leur stress.
 
Objectifs opérationnels :
- Développer chez les étudiants leur capacité à gérer leur stress en leur permettant :
De savoir identifier les sources personnelles de leur stress.
D’apprendre à utiliser des outils et techniques de relaxation.
De savoir exprimer leurs émotions et adopter une attitude positive.
- Orienter les étudiants les plus en difficultés vers des structures de prises en charges (via Fil Santé Jeunes) et des personnes ressources (médecine préventive).
 
Pourquoi aborder cette thématique ?
Les enquêtes santé réalisées par emeVia montrent que malgré un bon état de santé déclaré par les étudiants des difficultés persistent. La santé des étudiants en 2011 montre que :
- 37,5 % des étudiants déclarent avoir des difficultés à gérer leur stress.
- Un quart des étudiants disent mal dormir.
- 8 % des étudiants déclarent avoir été victime de comportements de rejet (agression physique ou morale).
 
L’expression de la souffrance psychique se manifeste souvent par un sentiment de mal-être, des troubles alimentaires, de l’absentéisme, des prises de médicaments mal contrôlées mais également des pensées (voir tentatives) suicidaires.
 
Chez les étudiants, le sentiment de stress n’est pas uniquement lié aux examens et à l’accumulation de difficultés qu’ils peuvent rencontrer (intégration, mauvaise orientation, difficultés financières, sentiment de solitude, etc.). 1 étudiant sur 2 déclare souhaiter être bénéficiaire d’actions de prévention sur le thème du stress.
 

Le guide d'organisation des soirées étudiantes

Pourquoi aborder cette thématique ?
En avril 1999, à la demande de la Préfecture du Maine et Loire, la SMEBA a organisé une réunion d’information sur la consommation d’alcool en soirée étudiante. Une trentaine d’associations étudiantes se sont déplacées et ont pu poser des questions aux organismes présents (DDASS, Préfecture, Douanes et répressions des Fraudes, SACEM, etc.). De cette rencontre, il est ressorti que les étudiants manquaient d’informations. En 2000, la SMEBA a édité la 1ère édition du Guide d’Organisation de Soirée Etudiante afin d’aider les organisateurs de manifestations à préparer leurs soirées « en toute sécurité, en toute légalité ».

 

En 2009, suite aux évolutions législatives de la loi HPST (notamment l’interdiction des Open-Bars), les mutuelles étudiantes de proximité ont souhaité accompagner les associations étudiantes en actualisant et rééditant leur guide d’organisation de soirées.

 

Objectif général :
Prévenir et réduire les incidents lors des manifestations festives étudiantes (week-end d’intégration, soirées étudiantes).
 

Objectifs opérationnels :
- Former les organisateurs de manifestations festives à la législation et à la prévention.
- Inciter les organisateurs de manifestations festives à mettre en place des actions de prévention et de réduction des risques avant et pendant leurs soirées avec l’aide matérielle et méthodologique de leur Mutuelle Etudiante.

 

Les modalités d'action
L’activité prévention en soirées étudiantes consiste principalement à l’organisation de sessions de formation des responsables associatifs étudiants. Ces formations peuvent être organisées pour un ou plusieurs associations étudiantes à la fois.

 

Lors de ces formations il s’agit de passer en revue les obligations légales pour l’organisation d’une soirée et la mise en place d’une politique de prévention afin de réduire les risques liés à la consommation d’alcool ou de drogue (ou des deux).

 

La mutuelle étudiante montre aussi dans quelle mesure elle peut aider les associations à responsabiliser leur soirée : stand de prévention, mise à disposition de matériels de prévention, formation de membres de l’association…

 

Un power point peut-être réalisé pour animer la session de formation. Le guide d’organisation de soirées étudiantes est remis lors de cette formation.

 

 

Téléchargez le guide des soirées


 

 

 

 

emeVia - La sécurité sociale des étudiants

MEP | MGEL | SEM | SMEBA | SMECO | SMENO | SMERAG | SMEREB | SMEREP | SMERRA | VITTAVI

|

Le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité